5G en France

Classé dans : Bien-être | 0

La 5G, c'est quoi ?

5G en France Phykoplus menton

La 5G, c’est la 5ème génération de technologie pour la téléphonie mobile.

A l’heure actuelle, les opérateurs ont commencé son déploiement commercial à travers le monde.

Elle devrait être implantée en France en 2020.

Beaucoup en parlent mais fondamentalement elle ne promet que la transmission d’énormes quantités de données sans fil et en temps réel. 

Imaginons un monde où télécharger un film en haute définition sur son téléphone ne prendra que quelques secondes. Une augmentation du trafic de données comme un tsunami. 

On parle aussi de maisons intelligentes, de conduite sans pilote…

Mais toutes ses applications ont-elles besoin de la technologie 5G pour exister ? Pas vraiment…

Rapide, puissante, réactive, omniprésente… donc magique la 5G ?

Derrière les attentes, l’utilisation des fréquences interroge. La 5G utilisera-t-elle les mêmes fréquences que la 4G actuelle ou des fréquences plus élevées ?

La 5G ne remplacera pas ses prédécesseurs 2G, 3G et 4G. Elle arrivera en plus.

Par conséquent, les fréquences utilisées par la 5G s’ajouteront à celles déjà déployées par les autres générations de couverture mobile.

5G en France Phykoplus

La 5G, un tigre électrique

La 5G devrait utiliser des ondes électromagnétiques moins fréquentées que celles de la 4G. Par exemple, les supra hautes fréquences.

Plus les fréquences hertziennes sont hautes, plus le débit de données est important.

Votre Wifi diffuse à 2,4 Gigahertz. En utilisant des fréquences de 30 à 100 Gigahertz, les ondes deviennent plus courtes et plus rapides que les ondes métriques utilisées pour la 4G.

Un inconvénient ? Plus les fréquences sont élevées, plus les ondes ont une portée plus courte. Les ondes se propagent moins bien et sont plus facilement stoppées par les obstacles comme les murs des maisons.

La solution ? Des antennes, encore des antennes, toujours plus d’antennes. Une antenne mère et des antennes relais. Beaucoup d’antennes relais. Tous les 100 à 200 mètres, près des endroits où l’on vit, travaille, se distrait…

Ces antennes consommeront nécessairement des quantités énormes d’énergie, ce qui représente aussi un énorme gaspillage de ressources.

La 5G, un risque pour la santé ?

La 5G est-elle dangereuse ? 

Un fait est certain : la technologie 5G augmentera considérablement l’exposition aux rayonnements et il sera pratiquement impossible d’y échapper.

Les autorités affichent toutefois leur sérénité. Les ondes émises n’auraient pas suffisamment d’énergie pour endommager nos cellules ou notre ADN.

Néanmoins, cette énergie serait suffisante pour faire vibrer les molécules d’eau et provoquer un échauffement des zones du corps. 

Un détail ? L’eau représente plus de 60% du poids total d’un individu. Elle permet les échanges extracellulaires et intracellulaires en stimulant les humeurs, c’est-à-dire le sang, la lymphe et les autres liquides circulant entre les cellules. Elle permet de mieux répartir les nutriments dans l’organisme en fluidifiant le sang. Bref, l’eau est le constituant essentiel de nos cellules. 

Il est prouvé que le rayonnement électromagnétique, tel que celui utilisé dans les communications mobiles, génère un stress oxydatif avec pour conséquence une augmentation des radicaux libres. Ces fameux radicaux libres connus pour avoir un rôle central dans le développement de plusieurs maladies aiguës et chroniques.

L’exposition au rayonnement radiofréquence perturbe le fonctionnement bioélectrique du corps humain. En réponse, le corps doit constamment combattre pour reprendre le contrôle. Cette bataille peut entraîner un large éventail de problèmes de santé : maux de tête, troubles du sommeil, irritabilité, fatigue, difficultés de concentration, perte de mémoire, palpitations cardiaques, maladies auto-immunes… parmi tant d’autres. Cela augmentera inévitablement avec la 5G.

On sait aujourd’hui que les radiofréquences affectent nos globules rouges et sont probablement cancérogènes. Le Dr Santosh Kesari, chef de la neuro-oncologie à l’Université de San Diego, estime depuis 2011, que des preuves scientifiques suffisantes de sa cancérogénicité existent.

globules rouges non exposés au micro-ondes
globules rouges non exposés au micro-ondes
globules rouges exposés au micro-ondes

Existent-ils des preuves des dommages causés par les rayonnements radiofréquences?

De nombreuses publications scientifiques récentes montrent que les champs électromagnétiques sont, d’une manière ou d’une autre, nocifs pour la santé.

Voici quelques exemples :

Bioinitiative 2012

Etude du Dr Martin Phall

EUROPAEM EMPF Guideline 2016 pour la prévention, le diagnostique et le traitement des problèmes de santé et maladies liés aux CEM

En 2015, 247 scientifiques de 42 pays ont signé un appel aux Nations Unies sur les effets biologiques des champs électromagnétiques.

En 2018, une étude du National Toxicology Program (programme fédéral de recherche américain en toxicologie) a associé le rayonnement radiofréquence cellulaire au cancer des nerfs du coeur, au cancer du cerveau et à de multiples autres problèmes de santé.

Les effets du rayonnement radiofréquence semblent être cumulatifs.

Téléphone portable, télévision, radio, wifi… les sources d’exposition aux radiofréquences sont de plus en plus nombreuses.

Et plus les expositions simultanées se multiplient, plus le risque d’être affecté par les radiofréquences grandit.

Conclusion et perspective

Une véritable évolution des réseaux de télécommunication ne devrait-elle pas avoir l’ambition d’être faciles à utiliser, efficaces, rapides, peu coûteux et sans risque potentiel sur l’environnement et sur la santé humaine ?

S’il existe encore des zones d’ombre dans la connaissance des effets de la 5G sur la santé, il ne fait pas de doute que certains affirment que cette technologie est sans risque en raison d’intérêts économiques et commerciaux.

Quelles études scientifiques provenant de sources impartiales, neutres et indépendantes, les opérateurs mettent-ils en avant pour prouver que la 5G n’a aucun effet néfaste sur la santé ? 

Alors, la 5G, danger exagéré ou sous-évalué ?

On vole à l’aveugle.

Les compagnies d’assurance nous fournirait-elle pas un premier indice ? Elles sont de plus en plus nombreuses à refuser de couvrir les risques des smartphones pour la santé.

Le bon sens aurait dit : faire d’abord des analyses sur une longue durée puis commencer le déploiement.

Mais aucune préoccupation environnementale ou de santé ne pourra prévaloir sur certains intérêts commerciaux et économiques.

Pendant ce temps, la technologie 6G avec des débits de données en térabits est en cours de développement et devrait arriver dans environ 10 ans. Il ne semble donc pas y avoir d’échappatoire.

Heureusement, des solutions naturelles existent pour permettre à l’organisme de lutter contre les actions délétères des phénomènes oxydatifs et des radicaux libres.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *